Design biophilique

Le terme biophilie a été inventé par le psychologue social Eric Fromm en 1964 puis vulgarisé par le biologiste Edward Wilson en 1984. La biophilie fait référence à la connexion innée de l'être humain avec la nature, au désir de se reconnecter avec la nature et avec les biotopes. 

Parallèlement de nombreuses ont apporté la preuve de l'impact de la biophilie sur le système cognitif, psychologique et physiologique.

Ainsi, dans notre contexte d'urbanisation intensive et en même temps de la démonstration des effets réparateurs de l'immersion dans la nature, des mécanismes ont été développés, à partir des toutes ces études, pour générer une expérience biophilique dans l'environnement bâti. Ces premiers mécanismes ont été présentés par Stephen Kellert lors d'une conférence en 2004.

Aujourd'hui, le design biophilique se base sur 14 modèles de conception (répartis en 3 catégories) pour exprimer la relation entre nature, biologie humaine et conception de l'environnement bâti, afin de profiter des bénéfices de la biophilie, à savoir :

  • réduire le stress

  • augmenter la créativité et la clarté de la pensée

  • améliorer notre bien-être

  • accélérer les guérisons

J'utilise donc ces modèles proposant une large gamme d'outils à mettre en oeuvre, adaptables afin d'être spécifiques à chaque espace.

Seconde main

En réalité, derrière ce terme se cachent plusieurs notions convergeant vers un seul objectif : éviter le déchet. On pourrait rajouter l'épuisement des ressources naturelles, la consommation de masse...

Derrière "Seconde main" se cache donc d'abord l'économie circulaire favorisant le réemploi, la réutilisation et le recyclage.

Je suis entourée d'une solide équipe de professionnels chineurs, brocanteurs, professionnels du réemploi, pour dénicher les meubles ou matériaux qui n'attendent qu'une seconde vie dans votre intérieur

Eco-conception

Lorsqu'on ne trouve pas de solution d'occasion, on peut se tourner vers le neuf, sans précipitation. L'éco-conception constitue une bonne grille de lecture pour sélectionner des produits neufs avec le plus faible impact possible, car bien sûr, tout comme le risque 0 n'existe pas, l'impact 0 n'existe pas. 

L'ADEME définit l'éco-conception comme "une démarche préventive et innovante qui permet de réduire les impacts négatifs du produit, service ou bâtiment sur l'environnement sur l'ensemble de son cycle de vie (ACV), tout en conservant ses qualités d'usage".

Il s'agit donc d'une approche globale qui tient compte de critères multiples lors de chaque phase de vie d'un produit, depuis les matières premières jusqu'à sa fin de vie:

  • Matières premières : émissions de CO2 de la matière première, conditions de travail sur le lieu d'extraction, énergie consommée 

  • Fabrication : mix énergétique des usines, taux de perte, conditions de travail

  • Transport : distances, modes de transport

  • Distribution : emballages

  • Utilisation : durée de vie, émissions de particules

  • Fin de vie : recyclabilité, modularité, réemploi

La formation suivie chez My Green Cocoon me permet de disposer d'une grille de lecture sur la base de l'éco-conception pour faire le choix le plus approprié en fonction des besoins et contraintes de chacun.