A la rencontre de l'Histoire

27/09/2018

Les journées du patrimoine

 

Ca n’aura échappé à personne, il y a deux semaines, le week-end du 15 et 16 septembre se déroulaient les 35ème journées du Patrimoine. Où que vous soyez en France, il y avait forcément l’occasion de découvrir ou redécouvrir un site près de chez vous. En effet, pour résumer en quelques chiffres, les JEP 2018 ce sont :

  • 16 000 sites

  • 1900 sites ouverts pour la première fois ou à titre exceptionnel

  • 24 000 animations proposées

  • 12 millions de visiteurs

J’ai fait partie de ces 12 millions de visiteurs en allant découvrir le château de Sassenage près de Grenoble. Construit entre 1662 et 1669, le château de Sassenage est la dernière demeure occupée par la famille Bérenger-Sassenage. Depuis le décès de la dernière marquise en 1971, le château et son parc paysager, classés aux Monuments Historiques, sont la propriété de la Fondation de France.

 

Pendant les JEP, j’ai pu profiter d’une très belle visite guidée, en costumes (bon, un peu trop rapide pour moi mais c’est normal si tout le monde veut en profiter), d’une démonstration de combats à l’épée, de différents stands d’animation sur les métiers anciens…

 Une belle journée, dans un beau château qui, malgré tout, est très bien conservé et entretenu. Ce n’est pas le cas de tous les sites. Cette année, les JEP ont porté un éclairage particulier sur les édifices désignés « patrimoine en péril » et ça non plus, ça n’aura échappé à personne avec le loto du Patrimoine, juste la veille des JEP. Comment ? Vous ne savez pas ?!

 

Mission Patrimoine

 

Le loto du patrimoine a été créé dans le cadre de la mission portée par Stéphane Bern avec le concours de la Fondation du patrimoine, d’identifier et de sauver les différents sites en péril sur tout le territoire. Ce tirage spécial du loto du vendredi 14 septembre a attiré la participation de plus de 2,5 millions de joueurs, soit 30% de joueurs de plus que pour un tirage habituel (je vous le dis tout de suite, ce n’est pas moi la gagnante des 13 millions d’euros !). En plus du tirage spécial, des tickets de grattage sont vendus jusqu’à la fin de l’année. La mission en quelques chiffres :

  • 2000 monuments identifiés

  • 251 projets sélectionnés

  • 18 projets emblématiques

  • 25000 emplois créés

  • 810 millions en besoin de financement

Les jeux « Mission patrimoine » doivent permettre de financer entre 15 et 20 millions d’euros les projets sélectionnés.

Les différents projets se répartissent dans plusieurs catégories :

  • Le patrimoine religieux,

  • Le patrimoine industriel et artisanal,

  • Le patrimoine agricole ou rural, (fermes, four à pain, pigeonniers…)

  • Le patrimoine lié à l’eau (lavoirs, fontaines, moulins…)

  • Les châteaux

  • Autre patrimoine (théâtres, maison d’écrivains, écoles…)

Mais ça, c’est la partie visible de l’iceberg. Cette mission de sauvegarde du patrimoine bénéficie d’une visibilité médiatique conséquente. Et compte tenu du succès du loto du patrimoine, cela permet de voir l’engouement collectif pour la sauvegarde du patrimoine.

 

Cependant, en tant que particulier, il existe d’autres façons de contribuer à cette sauvegarde du patrimoine ; de manière financière ou en donnant de son temps.

 

Sauvegarde du patrimoine

 

Je vous invite à aller visiter le site de l’association Adopte un château. C’est une association créée en 2015, proposant une nouvelle façon de voir le patrimoine. Avec des partenaires, elle permet de concevoir des projets permettant de sauver des châteaux en en faisant des outils de développement économique, créateurs d’emplois. Une belle intégration de l’Histoire dans l’histoire de nos régions. Et tout le monde peut participer à la résurrection de monuments oubliés grâce de nombreux projets proposés.

 

 

Visitez également le site d’un des partenaires d’Adopte un château, celui de Dartagnans, plateforme collaborative, qui vous propose, par exemple, d’être co-propriétaire d’un château, ni plus ni moins ! Les projets ne manquent pas.

 

Pas d’argent, mais du temps ; pas de soucis, allez voir Rempart, et vous trouverez certainement un chantier de bénévoles. Un chantier Rempart, c’est un séjour où des bénévoles se rencontrent pour réaliser ensemble une action d’intérêt général autour du patrimoine. Tout le monde est le bienvenu et il y en a pour tous les goûts : la maçonnerie, le bois, la pierre, le verre, le jardin…

 

Mais pourquoi tout ça, me direz-vous ? Pourquoi tant d’argent dans les vieilles pierres alors qu’il y a tant d’autres causes qui mériteraient cet argent, ce temps. C’est vrai, on pourrait faire une liste à la Prévert de toutes les causes à soutenir depuis la recherche médicale, jusqu’à la protection de l’enfance en passant par l’environnement, le mal logement et tant d’autres… De quoi donner le tournis. Alors quoi ? Parce qu’on ne peut pas tout faire, on ne fait rien ?

 

La sauvegarde du patrimoine n’est pas aussi futile que certains pourraient le croire, ne serait-ce que dans la mesure où elle peut être créatrice d’emplois. Sauvegarder le patrimoine, c’est aussi sauvegarder les métiers d’artisanat d’art, les savoir-faire intemporels.

 

Le débat est lancé mais je laisse le mot de la fin à Victor Hugo. Et peut-être que je le ferai revenir plus tard pour reparler du débat patrimonial.

 

"Il faut arrêter le marteau qui mutile la face du pays. Une loi suffirait. Qu'on la fasse. Quels que soient les droits de la propriété, la destruction d'un édifice historique et monumental ne doit pas être permise à d'ignobles spéculateurs que leur intérêt imbécile aveugle sur leur honneur ; misérables hommes, et si imbéciles qu'ils ne comprennent pas qu'ils sont des barbares ! Il y a deux choses dans un édifice : son usage et sa beauté. Son usage appartient au propriétaire, sa beauté à tout le monde, à vous, à moi, à nous tous. Donc, le détruire, c'est dépasser son droit."

Victor Hugo, "Guerre aux démolisseurs", Revue des deux mondes, 1° mars 1832.

Share on Facebook
Please reload

Catégorie

Please reload

Articles récents

Please reload

Par tags

Please reload